Comment la Chine risque de se planter magistralement

Publié le par Vuille

C'est l'histoire d'un grand, mais alors d'un très grand, pays avec plein, mais alors tout plein, de petits habitants dedans. Ces habitants dessinaient un oiseau huppé pour exprimer le mot "oiseau", un char vu de dessus pour exprimer le mot "voiture" et un homme qui marche pour le verbe "aller". A la fin de la journée, les petits habitants du grand pays avaient créé des milliers de signes graphiques pour exprimer chacune des choses de l'univers. Naturellement, apprendre puis retenir tous ces caractères cela mangeait beaucoup de temps, qu'ils ne consacraient pas à faire quelque chose de plus intelligent. Qu'à cela ne tienne : l'effet de masse aidant sans doute, les petits habitants du grand pays parvinrent à inventer tout seuls la soie, la boussole et la poudre qui pète deux fois.

Image-4-copie-2.jpg
Pendant ce temps, les grands habitants des petits pays piquèrent le vers à soie, copièrent la boussole et améliorèrent les feux d'artifice pour en faire des armes qui tuent. Les grands habitants des petits pays avaient une manière plus rationnelle d'exprimer les choses, avec un jeu de moins de 30 caractères abstraits qu'ils regroupaient pour former des mots. Ce qui faisait qu'ils pouvaient consacrer le temps perdu pour apprendre à s'exprimer par les petits habitants du grand pays pour faire des choses plus intelligentes, comme inventer la bombe atomique par exemple.

Image-5-copie-2.jpg
Dans le meilleur des mondes, le choc entre ces deux manières de s'exprimer aurait pu se limiter aux seules traductrices du grand pays, chargées d'aider les grands habitants des petits pays à trouver l'usine la meilleur marché pour produire des jouets au plomb. Mais les grands habitants des petits pays avaient inventé un nouvel alphabet fait de zéros et de uns, tellement puissant que l'univers entier devait maintenant l'utiliser. Tel un ver dans le fruit, l'informatique abstraite et froide avait infesté le grand pays du concret bien chaud. Et c'est avec des claviers conçus pour les grands habitants des petits pays que les petits habitants du grand pays s'écorchèrent à utiliser un alphabet qu'ils ne maîtrisaient pas, en délaissant leurs propres caractères qu'ils ne maîtrisaient plus.

Image-6-copie-4.jpg
Dans un ultime sursaut, le grand pays décida de n'utiliser plus que la transcription de sa langue dans les caractères abstraits des petits pays, reléguant les idéogrammes aux oubliettes de l'histoire. Mais les petits habitants du grand pays avaient, sur les grands habitants des petits pays, des générations de retard dans leur apprentissage, qu'ils ne comblèrent jamais. Bientôt, le grand pays ne fut plus qu'une immense usine de jouets au plomb, avec des contremaîtres des petits pays pour la faire fonctionner. Et vuilleblog mît définitivement la clé sous le paillasson.

Note pour plus tard : la fiction ci-dessus n'a RIEN mais alors RIEN à voir avec la Chine. Parce que les Chinois n'utilisent pas tous le pinyin comme méthode de saisie.

Deuxième note pour plus tard : il faut toutefois admettre que les Chinois lisent plus vite que nous.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article