Tibet - La version officielle chinoise

Publié le par Vuille

Voici l'extrait d'un article de l'Ambassadeur de Chine en France, publié dans le Figaro en septembre 2000, que l'on peut trouver sur le site de la Mission chinoise auprès de l'Union européenne.

"Je lis souvent votre journal. De temps en temps, il publie des articles sur le Tibet. Pour être franc avec vous, je ne suis pas d'accord avec leur contenu. On peut avoir des vues divergentes sur un fait, mais le fait doit être présenté tel qu'il est. Or, je constate que vos articles sont loin de se baser sur les faits. Je vais vous en donner trois exemples:

Premier mythe: "L'occupation du Tibet par la Chine." Cette accusation est constamment entendue. Mais la réalité est la suivante: le Tibet a fait partie intégrante de la Chine sous la dynastie des Yuans, à partir du milieu du XIIIe siècle, bien avant l'indépendance des Etats-Unis (1776), l'intégration de la Corse à la France (1789) et celle de la Bretagne à la France (1532). La communauté internationale reconnaît que le Tibet fait partie intégrante de la Chine. C'est aussi la position du gouvernement français. Prétendre que la Chine occupe le Tibet, c'est comme si quelqu'un affirmait que la France occupe la Bretagne, la Bourgogne, la Côte d'Azur ou la Corse!

Deuxième mythe: "Les droits de l'homme sont bafoués au Tibet." Pour certains, le gouvernement chinois est "vilain des vilains", tandis que le dalaï-lama est "le saint des saints". Quelle est la réalité? Avant 1959, quand le dalaï-lama gouvernait le Tibet, le régime qu'il pratiquait était le servage, qui est pire que le régime du Moyen Age en Europe. Sous ce régime, les serfs, qui représentaient 95% de la populaition tibétaine, n'etaient pas considérés comme des êtres humains, mais plutôt comme des bêtes de somme ayant tout simplement la faculté de la parole. Il suffit de lire des écrits historiques d'auteurs européens sur le Tibet pour s'en convaincre.

En 1959, le dalaï-lama, avec l'appui de forces étrangères, surtout de la CIA, a déclenché une rébellion contre le gouvernement central, dans le but de maintenir à jamais le servage au Tibet. Cette rébellion a été mise en échec. Le dalaï-lama a pris la fuite puis s'est réfugié en Inde. Le servage a été aboli au Tibet en 1959. Ce qui vent dire que sur le plan des droits de l'homme, le Tibet a fait un progrès sans précédent dans son histoire. Depuis, des avancées inouïes sur les plans politique, économique, éducationnel ou culturel ont été réalisées. Quelques chiffres le montrent: avant 1959, la population tibétaine était d'un million, aujourd'hui 2.4 millions, dont 95% sont Tibetains. Avant 1959, l'espérance de vie des Tibétains était de 35.5 ans, maintenant 67 ans. Avant 1959, le taux de scolarité des enfants n'était que de 2%, aujourd'hui il s'est élevé à 81.3%...Les faits sont là.

Troisième mythe: " Le gouvernement chinois est en train de détruire l'identité culturelle tibétaine." C'est une autre grave accusation. Or, la Chine est un pays multiethnique: il y a cinquante-six ethnies en Chine. Les Han sont la majorité, ils représentent à peu près 92% de la population, le reste est partagé par cinquante-cinq ethnies minoritaires de la Chine. Quand on parle de la culture chinoise, il s'agit d'une culture à laquelle ont contribué les cinquante-six ethnies chinoises sans exception. La culture chinoise n'est pas exclusive, mais plutôt inclusive. Ce qui explique son dynamisme, sa vitalité et sa longévité. En d'autres termes, la culture tibétaine, tout en conservant son identité, fait partie intégrante de la culture chinoise. C'est le propre de la culture chinoise.

Au Tibet, l'étude de la langue et de l'écriture tibétaine est garantie par la loi. Les établissements scolaires pratiquent un système d'enseignement bilingue, tout en donnant la priorité aux cours en tibétain. La radio et la télévision du Tibet consacrent plus de 20 heures par jour à des émissions en tibétain, etc. Aujourd'hui, le Tibet n'est plus fermé, il est ouvert au monde. Beaucoup de touristes étrangers le visitent.
"

Commenter cet article