Après le chinois, c'est décidé, on se met au japonais

Publié le par Vuille

Le japonais écrit est composé (1) des alphabets de quelques dizaines de signes hiragana (ci-dessous) et katakana (des signes qui transcrivent des sons mais n'ont pas de sens propre, comme c'est le cas de nos caractères romains et du pinyin), et (2) ... de quelques milliers d'idéogrammes de chinois traditionnel. Les alphabets hiragana et katakana peuvent s'apprendre en quelques jours. Comptez quelques années pour les idéogrammes ...

katakana-map.jpg
Après avoir appris les signes hiragana et le katakana (sans le vocabulaire qui va avec), vous serez juste capable de prononcer le japonais écrit en hiragana et en katana, mais sans rien comprendre à ce que vous dites (comme c'est le cas de Yan Na avec le français, Yan Na ayant appris nos 26 caractères romains et leur prononciation).

A l'inverse, si vous avez déjà une base de chinois, vous pourrez comprendre le sens général de phrases écrites en japonais utilisant les idéogrammes chinois, mais vous serez incapable de prononcer lesdites phrases, la prononciation japonaise étant à des années lumières de celle du chinois.

Ainsi, grâce à sa solide base de chinois, Madame vuille a évité de rentrer dans les toilettes réservées aux hommes (nan2ce4) ...

PICT0189-2.JPG
... et n'a pas manqué de remarquer l'avis de danger (wei1xian3) faisant défense (jin4zhi3) d'entrer (ru4) à l'intérieur d'une canalisation d'eau (dao3shui3). Une traduction-interprétation sommaire qui a suffi ici.



Commenter cet article