"Ratatouille" sur le tarmac de Pékin

Publié le par Vuille

Ouf, je suis rassuré ! La souris découverte ce week-end à l'aéroport de Beijing dans un avion de United Airlines en provenance de Washington n'était pas porteuse d'un virus dangereux pour l'homme. La très sérieuse (mais alors vraiment très sérieuse, hein) administration pour la supervision de la qualité, l'inspection et la quarantaine a accepté de lever les scellés sur l'avion suspect. (la news a été reprise sur les différents canaux de propagande chinks).

Non mais, de qui se moque-t-on encore ? Une souris en provenance des Etats-Unis qui pourrait menacer la sécurité sanitaire chinoise ? Vraiment ? On nous rejoue le coup de l'eau Evian et des produits pour lentilles de contact américains trop mauvais pour les cons-sommateurs chinois ? Tout ça après les scandales de la mélanine, du dentifrice empoisoné, des jouets au plomb et j'en passe ?

Si l'on m'avait demandé mon avis (dans le domaine de la sécurité sanitaire chinoise c'est encore assez rare, mais je milite pour que ça change), j'aurais libéré le petit animal pour qu'il parte éduquer ses semblables chinois sur les règles d'hygiène élémentaire.

souris.jpg
A moins que les autorités sanitaires chinoises n'aient pressenti une attaque bactériologique lancée par leur ennemi de demain (et d'aujourd'hui aussi déjà dans bien des domaines). C'est que les Ricains ont beaucoup d'expérience en la matière : c'est eux qui ont livré l'une des premières guerres bactériologiques de l'histoire en offrant aux Indiens d'Amérique des couvertures infestées des germes du choléra. 

Publié dans Brèves de comptoir

Commenter cet article