Il n'y aura pas de guerre entre Taïwan et la Chine cette année

Publié le par Vuille

Il y a quelques temps, j'ai lu le blog d'un stratège militaire (dont j'ai malheureusement perdu le lien, je sais, c'est pas très professionnel) qui annonçait une prise de force de la province rebelle de Taïwan en cas de victoire du Parti démocratique progressif de l'actuel président de l'île Chen Sui-Bian, lors de l'élection du parlement taïwanais ce week-end.

Et bien le Parti démocratique progressif a perdu, laissant 81 des 113 sièges du parlement à l'opposition menée par le Parti nationaliste, le Kuomintang. Pékin aime bien le Kuomintang, parce qu'il n'exclut pas un rattachement futur de l'île de 23 millions d'habitants à la Chine. Plus prosaïquement, le Kuomintang est également favorable à l'instauration de vols directs entre Taïpei et la Chine (actuellement, hors période de vacances, les vols transitent toujours par Hong Kong, ce qui n'est vraiment pas pratique du tout).

art.taiwan.nationalists.sat.ap.jpg
Il n'y aura donc pas de guerre éclair menée par la Chine pour reprendre Taïwan cette année. La Chine attendra que Taïwan revienne naturellement dans le giron de mère patrie. Les habitants de Shanghai, à portée des missiles plantés par les Ricains sur l'île de Formose, remercient les électeurs taïwanais pour leur sagesse.

Rebelotte le 22 mars avec l'élection du président taïwanais cette fois. Oui, car à Taïwan c'est le peuple qui élit son président, pas comme en Suisse où la tâche de faire le ménage revient directement aux parlementaires.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article