De la misogynie du chinois écrit

Publié le par Vuille

Comme en français où LE "secrétaire" est un secrétaire d'Etat alors que LA "secrétaire" n'est que l'assistante d'un patron mâle, la forme féminine des idéogrammes chinois est très souvent associée à quelque chose d'inférieur.

Un des exemples les plus criants trouvé à ce jour. Les deux idéogrammes ci-dessous se prononcent "ji" au quatrième accent et sont composés de l'élément "zhi" (soutenir, appuyer, etc) à droite. Mais leur radical (l'élément en rouge à gauche) est différent. Le premier idéogramme est composé du radical "nü" qui veut dire la femme. Le second est composé du radical "ren" qui veut dire l'homme.

Le sens du premier idéogramme est "prostituée", alors que celui du second est "habilité", "génie" ou "talent".

mis.jpg
Autre exemple. Lorsqu'on dit d'un homme qu'il se marie avec une femme, on utilise l'idéogramme "qu", qui contient dans sa partie supérieure en vert l'élément "qu", qui signifie "obtenir" ou "choisir". En revanche, lorsque l'on parle d'une femme qui se marie, il faut utiliser le second idéogramme "jia", ci-dessous, qui contient à droite l'élément "jia" signifiant la "famille", le "ménage", la "maison". Ainsi, le mâle conquérant choisit sa proie, alors que la faible femelle trouve refuge dans un ménage.

mariage.jpg
Et pour couronner le tout, le second idéogramme "jia" ci-dessus signifie non seulement se marier en parlant d'une femme... mais également "faire retomber un malheur sur autrui" !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article