Les petites fleurs rouges et les latrines chinoises [QT]

Publié le par Vuille

Dans la Chine post-révolutionnaire, père et mère devaient travailler, laissant leur enfant unique aux bons soins des jardins d'enfant d'Etat. Le film sino-italien "Les petites fleurs rouges" de Yuan Zhang, primé en 2006 à Berlin, met en scène une cinquantaine de gosses de 4 ans dans l'un de ces jardins d'enfants. Le résultat sur le plan du "jeu" (peut-on parler de jeu à cet âge?) des petits acteurs est bluffant; j'espère pour eux qu'ils n'ont pas trop été pertubés sur le plan psychologique par le tournage du film. Lisez chez Libé la critique politique de ce film, basé sur le roman semi-autobiographique de l'écrivain dissident Wang Shuo. Le film était en vente libre au pied de notre immeuble.


Une scène en particulier illustre à la fois l'inévitable promiscuité des Chinois (toujours trop nombreux) et la nécessité de faire passer l'intérêt du groupe avant les besoins (c'est le cas de le dire) de chaque individu. Les latrines se résument à deux tranchées dans le sol, une pour les filles, une pour les garçons. Et le matin, tout le monde doit faire sa grosse commission en même temps pour faciliter l'organisation du jardin d'enfants.

1, 2, 3 accroupissez-vous les enfants, et écoutez la Maîtresse Li vous expliquer encore une fois les bienfaits de la défécation matinale, qui permet de faire sortir toutes les choses sales de son corps. Le nouvel arrivé, et héro du film, Fang Qiangqiang n'y parvient pas; sa maîtresse le rassure en lui expliquant qu'il pourra malgré tout recevoir une gratification (la petite fleur rouge, d'où le titre du film en langues étrangères), s'il y parvient la prochaine fois.



Vous noterez que les garçons portent des pantalons fendus à l'entrejambe, que l'on voit encore à Shanghai aujourd'hui.

Publié dans Vu à la télé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article