On fiche les expats

Publié le par Vuille

La tendance paranoïaque anti-étrangers se confirme. Sans doute par crainte de contamination les brebis chinoises avec une autre version de la vérité vraie, et parce que les vilains étrangers ont tout gâché le message de pets universels de la se torche.

Jusqu'à avant la farce politique des jieaux des Pékins, l'expat pouvait acheter, dans toutes les bonnes poissonneries, son visa business lui permettant de séjourner jusqu'à une année en Chine, rien que ça.

Aujourd'hui, les autorités appliquent scrupuleusement (ce qui est l'exception et non la règle en Chine) les réglementations sur les étrangers. Gare au grand nez qui ne se sera pas inscrit au bureau de police du quartier !


Cette semaine, on a même eu droit à une visite de police domiciliaire pour inscrire, sur une nième liste, nos numéros de passeports et de téléphones portables. C'est pour nous avertir en cas de manifestation dangereuse de Tibétains au centre de Shanghai; pas pour écouter nos conversations, mais bien sûr que non !

L'espoir, pour ce qui reste de notre sphère privée d'expatrié, c'est la gabegie d'amateurs qui règne dans l'administration chinoise (même combat du poste de police au bureau des impôts). Regardez-moi cette caméra Interdiscount sur trépied assorti : sûr qu'ils n'ont pas de copie de sauvegarde de leurs fichiers qui, encore un espoir, tournent sur le vérolé Windows XP Service Pack 2.




Publié dans Brèves de comptoir

Commenter cet article