Et voici le portrait-robot du premier terroriste des Jieaux

Publié le par Vuille

C'est assez évident maintenant, cette explosion d'un bus shanghaien à l'heure de pointe, causée par les "matières inflammables transportées par un passager" de la ligne 842 au nord de Shanghai, n'a rien d'un bête accident !

Il est vrai qu'à Shanghai, les passagers rentrent chargés de tout et n'importe quoi dans les bus. Toutefois, en admettant même qu'un migrant des campagnes ait décidé de transporter lundi matin à l'heure de pointe des jerrycans d'essence dérobés sur un chantier, encore fallait-il qu'une malheureuse cause extérieure les fasse prendre feu, ou plutôt exploser, au point de souffler toutes les fenêtres du bus et de carboniser 3 personnes sur place et d'en blesser 12 autres, dont 5 grièvement. Ecartez tout de suite le mégot de cigarette, les bus shanghaiens sont non fumeurs, et cette interdiction est très généralement respectée.

En Suisse romande, région du monde où la liberté d'expression sévit encore, Le Matin aurait sans doute déjà privilégié la piste de l'acte terroriste, avant même d'attendre les conclusions des experts.

Mais ici, la presse ne fait que réciter le communiqué de police, sans jamais parler d'un éventuel acte prémédité. Evidemment, on voit mal le régime de bananes offrir gracieusement aux terroristes la publicité qu'ils recherchent par leur acte.

Aujourd'hui, un nouvel élément prouve que Shanghai a bel et bien connu le premier acte terroriste d'avant les Jieaux : la police a lancé un appel urgent au public, priant celui-ci de l'aider à identifier l'une des trois victimes. La police a préféré afficher un portrait-robot (voir l'affiche ci-dessous, encore plus flagrant dans sa nouvelle bouture) plutôt qu'une photo du cadavre carbonisé.

Alors, pourquoi cet empressement à identifier l'une des victimes d'un bête accident ? Les autorités sont-elles vraiment soucieuses d'avertir au plus vite la famille du défunt ? Bien sûr que non : vous avez sous les yeux la bouille du kamikaze. J'arrive pas vraiment à vous dire si ce type a plutôt l'air tibétain ou ouïgour.


A noter encore qu'à Hong Kong, région chinoise où souffle une petite brise de liberté, les journaux n'ont pas hésité à qualifier l'événement d'attentat suicide (ici l'AppleDaily, attention ça se corse, c'est en chinois traditionnel, évidemment). Sous ce lien, un autre blog, en anglais, qui conclut à la piste terroriste)


Commenter cet article