Saine hausse des prix de l'essence ou simple rerépartition des subventions ?

Publié le par Vuille

L'Inde et l'Indonésie ont déjà levé leurs subventions du prix de l'essence avec de jolies émeutes à la clé. Partisan des mesures du milieu pour ne pas faire exploser la marmite et rompre l'harmonie sociale à la noix, la Chine n'a fait qu'augmenter hier le prix de l'essence 93 octanes (raffinée à la hache) de 80 centimes à 90 centimes suisses le litre (évidemment, c'est encore bien moins cher qu'en Suisse). Maigre consolation pour les entreprises d'Etat Sinopec et Petrochina qui raffinent le brut à perte depuis plusieurs mois (ce serait d'ailleurs le nombre énorme d'actions cotées à la bourse de Shanghai de ces deux sociétés qui aurait entraîné celle-ci dans sa chute vertigineuse ces dernières semaines, mais ce n'est pas le sujet ici).

A la seule annonce de cette hausse modeste, les prix du baril de brut ont baissé de 4 dollars sur les marchés. Les boursicoteux s'attendent donc à une baisse importante de la demande en or noir de la part des Chinois. Mais qu'eux et les amoureux de la planète n'imaginent pas un instant que les Chinois vont rouler moins leurs grosses berlines sur leurs autoroutes suspendues ...



En effet : 1) la liste des exceptions à la hausse est longue comme le fleuve jaune (des résidents de la zone du tremblement de terre du Sichuan aux paysans), 2) s'il y a des exceptions, y aura toujours moyen de moyenner en corrompant "qui de droit", et 3), surtout, la Chine est le paradis des subventions croisées en veux-tu en voilà à tous les niveaux hiérarchiques du parti inique. A peine la hausse annoncée, l'association regroupant les 50'000 taxis shanghaiens annonçait qu'elle obtiendrait probablement une subvention au niveau de la ville de Shanghai pour couvrir l'augmentation du prix de l'essence. Effet de la hausse sur le trafic autoroutier à Shanghai : nulle.

Publié dans Coût de la vie

Commenter cet article