EMS Shanghai

Publié le par Vuille

Jeune et dynamique Shanghai ? Encore un préjugé.


20 % de la population de Shanghai a plus de 60 ans, proportion qui dépassera les 30% d'ici 2020. Et cette ville, qui n'est pas encore complètement sortie du tiers-monde, va directement connaître les problèmes de nos vieux pays industrualisés (manque de places dans les EMS et d'argent pour financer les retraites) sans passer par une phase d'accumulation des richesses pour le plus grand nombre. Shanghai devra également accepter d'assouplir les conditions de résidence des migrants des campagnes, plus jeunes en moyenne que les citadins.

Et tout ça c'est la faute à la politique de l'enfant unique introduite après la mort de Mao à la fin des années 70. Les démographes admettent maintenant que cette politique, qui a "évité" 400 millions de naissances (des filles en grande partie, ce qui fait que la population chinoise est composée d'une proportion anormalement basse de femmes), a été une grave erreur. Mais ne comptez pas sur le régime pour l'admettre et renoncer totalement à la politique de l'enfant unique.

Pékin n'en est cependant pas à retournement de veste près. Pour mémoire, la politique de l'enfant unique a été introduite après près de 30 années d'encouragement à la procréation massive.

Seulement je ne sais si la bande à Hu parviendra à changer la tendance face au consumérisme individualiste actuel. Pour avoir interviewé un échantillon de deux chinoises de Pékin d'une trentaine d'années (parfaitement représentatif de la population chinoise, marge d'erreur du sondage de 3 %), la fondation d'une famille passe bien après l'épanouissement personnel ou la réalisation professionnelle.

Cet article reprend partiellement les informations contenues dans un article du New York Times du 30 juin 2006.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article