Embrassades de rue

Publié le par Vuille

Le manque de contacts physiques humains est un problème ressenti de manière universelle. Des groupes, qui se forment sur Internet, se réunissent partout pour y remédier en offrant aux passants des embrassades gratuites.

En Suisse, un tel happening s'est déroulé à Saint-François samedi dernier. Avec ses mots et sa sensibilité à lui (il n'aime pas vraiment la promiscuité), Monsieur Lavomisse a rapporté dans ses colonnes l'évènement lausannois organisé selon ses sources par une équipe de Valaisannes.

En Chine, plus précisément à Pékin après une autre tentative mieux accueillie dans la ville de Changsha, un happening identique a déclenché une intervention policière le week-end dernier. C'est que dans le pays des droits de l'Homme, toute réunion publique dont le but n'est pas de célébrer Mao ou de consommer (de la musique niannian ou du sport par exemple) ne saurait etre tolérée.

Le servile Shanghai Daily rapporte que la police a ainsi procédé à l'arrestation pour interrogatoire des participants du "free hugs street event" de Pékin en invoquant ses éventuelles conséquences négatives pour la société ("it might pose a negative social impact"). Le torchon se demande également quel est le véritable but caché de la démarche ("it aroused criticisms over its genuine purpose"). C'est vrai, la junte a raison d'avancer ici avec prudence, il pourrait s'agir de l'émergence d'une nouvelle religion non encore (dé)noyautée par le parti.

En tous les cas, par simple mesure de précaution, si vous entendez prendre successivement plus d'une personne dans vos bras en Chine, attendez quelques minutes ou, mieux, changez de troittoir entre chaque embrassade.

Commenter cet article