Pressing fun ou le mauvais pantalon

Publié le par Vuille

Pour compenser un peu l'article pas gentil sur la qualité des produits chinois, j'étais disposé à donner une bonne note aux prestations des pressings, ici celui du supermarché du coin. Après tout, les laveries chinoises, c'est, avec la restauration, le service d'exportation numéro 1 de toute une génération d'expatriés chinois, notamment sur sol américain. 

A première vue en effet, une chemise sortant d'un pressing lambda à Shanghai a un peu plus d'allure qu'une chemise sortant d'un pressing lausannois standard. Regardez le résultat dans ce sac scellé, ce col intérieur et extérieur avec noeud papillon, carte de visite du pressing et le numéro d'identification 569.

Ach, le numéro d'identification 569, celui qui vient après la veste de costume 567 et le pantalon de costume 568 ...

C'est marrant de penser qu'il y a quelque part un Chinois qui porte mon coûteux pantalon de costume 568 "Super 120" beaucoup trop long et trop large pour lui; qu'à cela ne tienne : il a noué une corde autour de sa maigre taille et arraché les bouts qui dépassaient avec ses dents !

Pour me venger, je vais utiliser son 577 en pur poils synthétiques pour faire mes sols, tiens !

Publié dans Mode de vie

Commenter cet article