Zhu, avocat des anciens esclaves chinois

Publié le par Vuille

Le ShanghaiDaily parle aujourd'hui de l'avocat Zhu Miaochun qui a accepté le mandat "pro bono", c'est-à-dire sans être rémunéré, de défense de 15 anciens esclaves chinois... utilisés comme tels durant l'invasion japonaise de la seconde guerre mondiale. Zhu MiaoChun n'en dort pas de la nuit, il a également bénévolement écrit un livre sur l'histoire de ces pauvres gens. Son engagement lui vaut aujourd'hui d'être dans le top ten des avocats chinois.

Moi, quand je lis ça, je ne sais pas trop comment réagir.

J'ai parlé de la chasse aux "avocats activistes" dans le pays, ceux qui défendent le journaliste Zhao Yan du New York Times, le paysan autodidacte Chen GuangCheng, les victimes des mini-tiananmen quotidiens, les membres de Falun Gong. Ai-je besoin de préciser qu'on ne parle JAMAIS de ces affaires ici ?

J'en arrive au conseil du jour suivant. Si tu es avocat chinois en Chine et que tu ne penses pas qu'à faire de l'argent (si, ça existe, même chez les avocats), alors choisis bien ton client : Prends l'esclave chinois victime des méchants Japonais il y a 60 ans, ne te préoccupe pas des esclaves chinois d'aujourd'hui victimes de leur propre gouvernement. Et à toi la bonne conscience et le top ten !

Mais dans quel pays je vis, mais dans quel pays je vis ...

Commenter cet article