La perte de la production entraîne celle de l'innovation

Publié le par Vuille

Dans la ligne des articles sur l'innovation et sur les centres de recherche occidentaux en Chine.

Le New York Times attirait le 24 décembre l'attention de ses lecteurs sur le fait que la fuite de la production pour les pays comme la Chine risquait d'entraîner également à moyen terme la perte de l'innovation américaine au profit de ces pays.

Si les biens importés des usines du monde comme la Chine ne représentent aujourd'hui encore en moyenne que 20% du total des biens vendus aux USA, des économistes tirent la sonnette d'alarme après avoir analysé le détail des chiffres : dans les domaines concentrant le plus d'innovation et d'invention (par exemple les machines-outils, les moteurs des avions ou des voitures, les instruments optiques, de télécommunication, sans parler de l'informatique) jusqu'à 90% des biens vendus ont été fabriqués hors USA en 2005.

Or, un brevet, un design ou une formule scientifique, cette plus-value que les Occidentaux se targuent d'avoir encore, est très facile à copier et à transférer sur un autre continent. En revanche, le savoir-faire des usines de production et de ses employés pour concrétiser le brevet, le design ou la formule implique un long investissement dont les pays industrialisés ont trop longtemps méprisé l'importance.

Pour une entreprise américaine souhaitant mettre sous le même toit son département de Recherche & Développement (R&D) et ses usines de production (démarche qui est le plus souvent indispensable pour réaliser le produit fini), la délocalisation du R&D en Chine est non seulement plus économique, c'est souvent la seule solution qui s'offre à elle puisqu'il n'y a plus aux USA d'ouvrier qualifié pour fabriquer ses produits.

Après les ouvriers du secondaire, c'est les ingénieurs du tertiaire qui vont souffrir en Occident.

Commenter cet article

fatdanish 04/01/2007 14:20

Msieur fait dans l'analyse economique à présent? Bigre, on est pas sorti de l'auberge