Taxis

Publié le par Vuille

Maintenant que Monsieur Vuille gagne son pain à Shanghai, il ne perd plus son temps dans les transports en communs, il s'offre le taxi, dont les tarifs restent très modestes en comparaison internationale. Pour 14 km de trajet aller-retour pour aller au boulot, comptez un budget de 40 yuans (4 euros), soit deux courses à 20 yuans. Le montant de la course se compose de la prise en charge de 11 yuans, de 2,10 yuans par kilomètre de jour pour les courses n'excédant pas 10 km (au-delà, comme de nuit, c'est plus cher), ainsi que d'une compensation pour le temps d'attente dans les bouchons (ci-dessous 0 yuans, trafic fluide sans attente de 11 heures du matin).


Quelque soit la société qui l'emploie, le chauffeur fait l'objet d'un ranking (ou d'un classement si vous préférez) qui tient notamment compte de l'ancienneté et du niveau d'anglais, toujours très très médiocre. Les autorités de Shanghai vont semble-t-il réintroduire une loupiote rouge qui signale un chauffeur bénéficiant de trois étoiles ou plus : c'est vrai que c'est plus pratique de connaître le niveau du chauffeur avant de monter dans sa caisse. Ci-dessous un modeste 1 étoile qui a tout de même compris ma destination du premier coup.


Pour des questions de sécurité, vous choisirez de vous asseoir derrière de chauffeur qui servira d'amortisseur en cas d'impact. En effet, les sièges arrière ne sont pas équipés de ceintures de sécurité utilisables.


Vous apprécierez le linceul blanc fraichement lavé qui recouvre les sièges. Des sièges dont on ne préfère pas voir la couleur.


Shanghai compte 50'000 taxis. Si je n'avais pas séché les cours de statistiques à l'école, je vous aurais calculé la probabilité de rencontrer plus d'une fois le même chauffeur et puis de faire copain-copain avec lui.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article