Médecine chinoise (encore)

Publié le par Madame Vuille

Après Monsieur Vuille, pour vous (un peu), et pour moi (surtout), j’ai décidé de tester la médecine chinoise en Chine. Eh bien, cela satisfait mes envies de découverte et également mes convictions en une autre médecine, mais je dois l’avouer : il faut vraiment avoir envie et être per-sé-vé-rant !!!

Arrivée à Shanghai, je me suis donc mise à la recherche DU médecin qu’il me fallait. J’ai choisi un petit “hôpital” de médecine traditionnelle chinoise à Hangzhou (à un peu moins de 200 km de Shanghai) parce que ce soit-disant haut lieu de la médecine traditionnelle regrouperait les meilleurs spécialistes de la région... J’aurais pu aller dans un des innombrables hôpitaux de Shanghai mais je voulais être certaine qu’on n’essaie pas de me convaincre de mélanger médecine traditionnelle et occidentale (ce qui est souvent le cas ici apparemment). Résultat : j’ai une femme médecin très gentille et très douce (ce qui est assez rare à Shanghai) mais le traitement représente un sacré travail pour le patient. Je comprends maintenant pourquoi beaucoup de gens, même en Chine, sont très contents d’avoir accès à la médecine occidentale.

Je vais chaque semaine ou chaque 2 semaines voir mon médecin avec une traductrice (inutile de préciser que dans cet endroit personne ne parle un mot d’anglais - je dois d’ailleurs être une des premières blanches à venir consulter ici). Une fois arrivée sur place, je vais d’abord payer ma consult, environ CHF 4.- (ici on ne prend pas de rendez-vous), ensuite j’attends dans le hall jusqu’à ce que l’assistant du médecin hurle mon nom sur tout l’étage pour me rendre dans le “cabinet” où normalement je “devrais” être seule pour des raisons de confidentialité. Toutefois la réalité est autre ici : il est normal que la porte reste ouverte ou qu’un autre patient s’asseye à côté de vous avant que vous n’ayez terminé votre consult... bonjour la discrétion chinoise ! L’hôpital où je vais est spécialisé en phytothérapie, donc après la consult, direction pharmacie chinoise (à l’intérieur de l’hôpital) avec sa prescription pour aller chercher ses potions. Là, par contre, la facture est très salée (facilement l’équivalent des prix suisses) !

Les visites c’est bien joli mais maintenant reste à ingérer ces sacrées potions magiques...

Voici mon programme choc au quotidien: ma journée commence par un verre de ce délicieux breuvage brun (ça a toujours la même couleur, peu importe les maux à traiter)... au goût fort et subtil que je réchauffe et auquel j’ajoute le contenu de ces petits sachets, ...


... ensuite j’avale 5 pilules avec de l’eau. A midi je reprends 5 pilules après mon repas, et le soir même programme que le matin.


Juste avant d’aller au lit, je mets une poche en coton remplie de ce mélange d’herbes cuire à la vapeur dans le cuiseur à riz et quand il est bien chaud et qu’il parfume délicatement tout l’appart, je l’applique en cataplasme ...


40 minutes plus tard, je peux enfin aller profiter de quelques heures de sommeil bien mérité avant de recommencer le même cirque le lendemain !

J'ignore encore combien de temps je vais devoir faire tout ça, mais ça dure déjà depuis plus d’un mois !

Ah oui... j’oubliais : je ne sais pas si c’est le plus dur mais pendant tout le traitement je dois renoncer à la bière, au thé et au café! Si un jour je vous réponds “juste un verre d’eau chaude” quand vous me demanderez ce que je veux boire, ca sera tout à fait normal !

Publié dans Mode de vie

Commenter cet article