Criminalité à Shanghai

Publié le par Vuille

Pas plus que d'autres mégapoles dans le monde, Shanghai n'est à l'abri du crime. J'entends le VRAI crime de sang commis par des auteurs n'étant pas des proches de leur victime. Et la situation va sans doute aller en s'empirant avec le respect perdu des Chinois pour l'autorité.

Pourtant, le Tabizi (littéralement le grand nez d'étranger) que je suis ne s'est jamais senti autant en sécurité qu'ici. Peut-être est-ce parce que peu de bipèdes menaçants dépassent les 170 centimètres. A toute heure du jour ou de la nuit, je me baladerais au centre de Shanghai sans être particulièrement sur mes gardes. Franchement, je ne le ferais plus trop le dimanche au petit matin (entendez à la sortie des boîtes de nuit) du côté de la vallée du Flon ou sur la Place Bel-Air.

Et puis il y a la dure réalité des faits divers qui vous rattrape comme le meurtre de cette serveuse (une Chinoise, certes) dans un guichet ATM à 3 heures ce matin sur Jiangning road (soit entre la gare et Nanjing road, dans la partie nord du centre urbain de Shanghai). L'importante couverture du Shanghaidaily prouve que l'évènement n'est pas fréquent (ça prouve également qu'ils n'ont jamais rien à dire une fois purgés les sujets jugés politiquement sensibles). Les statistiques plaçant Shanghai comme ville la plus sûre de Chine confirmeraient le caractère exceptionnel de tels crimes en baisse depuis plusieurs années (j'ai trouvé sur le net les chiffres de 2'800 "crimes majeurs" à Shanghai en 2003 et de 20'000 meurtres recensés dans toute la Chine en 2004). Mais comme toute information touchant à la stabilité sociale, ces chiffres sont à prendre avec deux paires de pincettes (une pour soulever lesdits chiffres, l'autre pour exercer une pression constante sur vos narines lors de l'opération).

assassinat.jpg

Publié dans Mode de vie

Commenter cet article