Démocratie à Hong Kong (on se marre)

Publié le par Vuille

Pour ceux qui auraient raté le début, Hong Kong (ici ou sur vuilleblog) est un territoire restitué à la Chine continentale en 1997 par les Brits (vous savez, ceux qui régnaient sur un Empire où le soleil ne se couchait jamais). Les habitants de Hong Kong jouiraient, pour l'instant encore, de plus de droits qu'en Chine continentale (liberté d'expression, d'association, garantie de la propriété notamment, en Chine continentale, c'est QUE sur le papier). Mais ça s'arrête là et je vous promets que Beijing va rapidos remettre de l'ordre dans tout ça.

La nouvelle du jour est en effet l'élection ce week-end (la première organisée depuis la rétrocession il y a dix ans) du sympathique chinois ci-dessous au poste de chef de l'exécutif de Hong Kong. Pardon, j'ai oublié de faire les présentations, il s'appelle Donald Tsang.
 
Or Donald est le protégé de Beijing. Et Donald a tout simplement écrabouillé l'autre candidat Alan Leong, ancien bâtonnier de Hong Kong, qui voulait introduire la démocratie à Hong Kong.

Mais que pourquoi les Chinois de Hong Kong ils n'élisent pas un candidat favorable à la démocratie. Et Hong Kong que c'est pas déjà plus démocratique que la Chine continentale ?

Bein c'est que la "démocratie" héritée des Anglais ressemble à ça à Hong Kong : sur les 7 millions d'habitants de la Région administrative spéciale chinoise, 200'000 personnes issus du monde professionnel élisent la moitié d'un panel de moins d'un millier de super-électeurs (l'autre moitié est de facto composée de protégés de Beijing). Et ce panel, une poignée de riches hommes d'affaires hongkongais et de politiciens de Beijing, élit le chef de l'exécutif. Avec l'humour qui est le sien, le New York Times d'hier a décrit l'arrivée sur le site de l'"élection" de ces "électeurs" transportés par leur chauffeur au volant de leurs Rolls-Royce, Mercedes, Porche ou BMW...

Le plus drôle dans tout ça ? Les habitants de la province de Chine continentale voisine de Guangdong (Canton), qui captent les télévisions hongkongaises, seraient envieux des droits dont jouissent leurs voisins de Hong Kong. Ca donne une idée de la démocratie en Chine continentale.

Commenter cet article