Hong Kong La Britannique

Publié le par Vuille

Hong Kong fleure son passé anglais.

C'est agréable lorsque les gens vous laissent sortir d'un ascenseur avant de se précipiter dedans, tiennent la porte, vous disent pardon lorsqu'ils vous poussent, comprennent parfaitement l'anglais ou encore ne crachent pas partout. Soit lorsqu'ils ne se comportent pas comme un Shanghaien moyen.

Mais cette propreté policée d'apparence a un prix :

1500 dollars de Hong Kong (150 euros) si vous jetez votre chewing-gum sur le sol ...


... 5000 dollars de Hong Kong (500 euros) si vous fumez dans certains endroits publics ...


... et l'obligation de remplir dix-huit formulaires de demande pour seulement filmer de bêtes escalators (??!!??)


J'ai gardé le meilleur pour la fin.

Si vous posez votre séant dans un photomathon dans un autre but que de vous tirer le portrait (par exemple pour lire un livre, tiens!), il vous en coûtera 100 dollars de Hong Kong (10 euros) la minute, le paiement devant s'effectuer d'avance (Sitting Charge for Non-Phototaker HK$ 100 Per Minute. Payment in Advance). J'ai tenté l'expérience pour vous en déterminant à l'avance que je me reposerais 5 minutes sur le siège du photomathon. J'ai posé le billet de 500 dollars de Hong Kong devant le photomathon AVANT ma période de repos. Cinq minutes plus tard, je me suis remis en route. Le billet de 500 dollars était toujours là. Je l'ai repris sans demander mon reste.


L'histoire grotesque (mais tellement british) du photomathon explique sans doute pourquoi des centaines de migrants philippins (essentiellement des femmes) en sont réduits à s'asseoir sur le sol des galeries de métro ou des tunnels piétonniers pour rencontrer leurs proches et papoter le week-end. Ces pauvres, qui n'ont sans doute pas de salon-salle à manger comme chez nous, n'ont pas non plus d'espace public gratuit où se poser !

Publié dans Brèves de comptoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article