Travailleurs forcés dans les briqueteries - On fait (un peu) le ménage

Publié le par Vuille

Cette fois, les journaux nous ont matraqué de chiffres; sans doute pour nous faire croire que les autorités n'ont rien à cacher, ni à se reprocher, dans cette affaire. Alors, si j'ai bien lu, au total 14'000 agents de police auraient libéré 548 travailleurs forcés, dans la province de Shaanxi. Dans la province de Henan, ce sont 35'000 officiers qui auraient sauvé 217 forçats, dont 29 enfants. La palme revient donc aux autorités de la province de Shaanxi avec 0,04 esclave sauvé par agent, surpassant de loin les autorités de la province Henan qui ont dû en moyenne engager 161 agents pour libérer un seul et unique forçat.


Bon, sans rire maintenant. Henan, la plus grande province de Chine, compte 97 millions d'habitants et Shaanxi, plus à l'ouest, en compte 37 millions. Dans ce super Etat policier où tout le monde est fiché, les autorités locales ont pu, en un claquement de doigts, engager au total 46'000 flics dans une opération "Mister Proper" pour faire de l'ordre dans les briqueteries du coin.

Mais ces mêmes autorités n'ont pas été capables de prévenir, ni même de découvrir elles-mêmes ce gigantesque marché d'esclaves ? Et ce sont des pétitions des parents d'enfants enlevés qui ont fini par (lentement) déclencher la machine administrative ? Des parents qui ont dû, devant l'inaction des autorités, se résigner à former des milices pour aller eux-mêmes récupérer leurs enfants ?

La raison de ce fiasco est encore à mettre sur le compte de la corruption : mafia et officiels locaux ont fait copain-copain pour exploiter la force de travail de ces sous-hommes. Lorsque les têtes des tentacules du Parti Unique sont sourdes et aveugles, évidemment, c'est difficile de faire du bon boulot sur le terrain.

Mais le plus intéressant dans tout ce battage médiatique, c'est que les riches villes de la côte voient maintenant des images de leurs pauvres sans visage. L'orage gronde, l'orage gronde, écoute son bruit sur la laborieuse rivière Huangpu !

Pour les riches habitants de Shanghai, voici encore quelques photos de la réalité derrière les chiffres.

Mais oui, mais oui, ça se passe dans le même pays que dont tu es si fier, à 1000 km à vol d'oiseau de ton beau Jinmao, avec des Chinois comme toi, sauf qu'ils zont pas le Hukou de Shanghai (c'est vrai que ça c'est une grande différence).


Et pis, sois pas naïf, ce n'est que la pointe de l'iceberg. Ach, si seulement tu pouvais demander au capitaine du Titanic (tu sais, le film que tu trouves si ro-man-ti-que) ce que ça signifie ...

Commenter cet article