Justice en quatrième vitesse sous les feux de la rampe

Publié le par Vuille

Vous vous souvenez de cette histoire de petits pains à la vapeur à base de carton qui avait fait le tour du monde ? C'était donc une histoire montée de toutes pièces (Reporters sans frontières semblait en douter au vu des réactions des autorités les premiers jours après sa diffusion) par le farceur Zi Beijia, journaliste auprès d'une chaîne de télévision à Beijing. Le faux reportage avait été diffusé le 8 juillet 2007.

Eh bien, seulement cinq semaines après les faits, Zi Beijia a été condamné hier dimanche pour avoir "porté atteinte à la réputation des denrées" à un an de prison et 1000 yuans (100 euros) d'amende par la deuxième cour intermédiaire du peuple à Beijing.

Bigre, après la condamnation, la confirmation sur recours et la mise à mort de Zheng Xiaoyu en moins de deux mois, la Justice chinoise prouve encore une fois qu'elle sait expédier les affaires qui font la une de l'actualité.

Pressé par les médias qu'il ne peut plus contrôler, le régime en fait soudain trop, trop vite. Comme lorsqu'il envoyait quelques dizaines de milliers de policiers sauver quelques dizaines de forçats dans des briqueteries, mieux vaut faire son sale business en coulisses que d'apparaître sous les feux de la rampe ces temps-ci.

Le prochain sur la liste est ce coquin de Chen Liangyu. Les Shanghaiens étaient descendus dans la rue pour protester contre lui. Ils s'en souviennent encore. Il sera impossible de régler son cas dans les coulisses. On parie qu'il aura été exécuté d'une balle dans la tête d'ici la fin de l'année ?

Commenter cet article