IKEA, parachute et Rolling Stones

Publié le par Vuille

- L'oncle Picsou d'Epalinges fait bien d'économiser pour développer le marché chinois. Parce qu'à première vue, ça ne doit pas marcher bien fort YiJiaJiaJu en Chine. J'ai visité l'unique magasin IKEA de Shanghai un dimanche et c'était vraiment très agréable, tellement c'était peu bondé en comparaison de tous les autres endroits de la ville le week-end. Il faut dire que les prix sont presque identiques à ceux pratiqués en Suisse, donc beaucoup trop cher pour un Chinois moyen. Quand on gagne 4000 yuans par mois, on ne met pas tout son salaire dans une armoire très très ordinaire à monter soi-même, ou bien? Est-ce que l'oncle Picsou va réussir à faire gober aux Chinois que les produits IKEA sont des produits occidentaux de luxe? Ou va-t-il devoir limiter sa clientèle aux expatriés du quartier dans mon style ? Parce qu'en plus, question assortiment, c'est vraiment exactement la même chose qu'à Aubonne. Et essayer de vendre des assiettes ou des fourchettes aux Chinois, il faut oser tout de même !

 

- Pratique d'habiter à côté d'un stade (d'un grand stade, 80'000 places tout de même). On a  les principales lignes de bus et de métro sous la main. Et puis si un jour non couvert on rentre à la maison en parachute, on repère sa maison à plus de 30 kilomètres d'altitude. Vous la voyez, là, à côté de l'oeil blanc?

 

 - Samedi dernier, les Rolling Stones jouaient pour la première fois en Chine à Shanghai dans le (petit) grand théâtre de People Square (voir article du 21 février 2006). Le régime chinois doit bien aimer les Rolling Stones. Le groupe a en effet accepté de censurer certains mots cochons lors de son concert du Superbowl en février dans la prude Amérique. Je ne connais pas assez bien leur répertoire, mais ils ont probablement fait la même chose dans le pays des droits de l'Homme. Désolé, je ne suis pas allé vérifier moi-même. Je n'allais tout de même pas payer plus de 1000 yuans (160 francs, premier prix, les meilleures places étant à 600 dollars) pour écouter s'ils ont mis ou non un "bip" sur des mots comme "Liberty" ou "Freedom".

Publié dans Brèves de comptoir

Commenter cet article