Légumes chinois, aubergines et femme shanghaienne

Publié le par Madame Vuille

- J’adore les légumes chinois. On en trouve de toutes les couleurs, toutes les formes et toutes les odeurs aussi... Que ce soit au marché de quartier ou au supermarché j’ai envie de tout acheter! Mon problème est que je ne sais pas comment apprêter ces petites merveilles. J’ai bien pensé aller chercher des recettes sur internet, mais faudrait déjà que je connaisse leur nom.... pffff.....allez, comme d’hab, je vais opter pour une délicieuse barquette de pois-mange-tout à CHF 60 centimes....



- Mon légume préféré ici c’est l’aubergine chinoise. Comme vous pouvez le constater, elle est en forme de serpent, et sa couleur est d'un violet très lumineux et plus clair que celui de l’aubergine que nous connaissons chez nous. Coupez-la en morceaux que vous faites sauter rapidement dans un wok à plein feu avec un peu d’huile, de sel, de sucre et de bouillon jusqu’à ce qu’ils soient fondants..... DE-LI-CIEUX!!!!



- La femme shanghaienne m’épate. Je la regarde passer et, comme une petite vieille, me parle à moi-même à haute voix... c’est devenu un sale tic! Mais pour cause: je n’ai jamais vu nulle part ailleurs tant de tout question accoutrement:  mélanges de couleurs, mélanges de styles, d’accessoires plus tout le reste... bref, le mauvais goût par excellence (très loin de la sophistication des femmes de Tokyo). Sous prétexte de suivre la mode, la femme shanghaienne-fashion victim porte tout ce qu’elle acquiert quotidiennement dans ses crises aiguës de fièvre acheteuse. Cliquez ici pour un défilé de mode. Par exemple, des chaussures bleues à talon blanc de 7 cm qui la font marcher de travers, des mi-bas transparents marqués de petits coeurs, un short-tulipe-ceinture vert, un top en satin et dentelle flaflafla rouge et l’incontournable sac à main "flaflafla" orange à gros logo doré Chanel - pratique le sac car une fois vidé de ses 4 trousses de maquillage, miroirs, téléphone portable avec pendentif 2x sa taille, brosse à cheveux et je ne sais quoi encore... elle peut s’y mettre toute entière à l’abri de la pluie. Ah, j’oubliais: la femme shanghaienne n’est pas top branchouille si elle n’a pas cramé ses cheveux avec une permanente style mouton au bout et plat à la racine. Très classe, vraiment.

Publié dans Brèves de comptoir

Commenter cet article