De la dépendance au téléphone portable à Shanghai [QT]

Publié le par Vuille

La scène se déroule dans un taxi près d'un périf de Shanghai. Vous êtes perdu et cherchez à téléphoner au Chinois que vous devez rencontrer pour (tenter de) lui demander le chemin. Mission qui peut déjà être périlleuse dans des conditions optimales.

Et là, manque de bol, le chauffeur n'a pas de téléphone et vous êtes le malheureux propriétaire d'un Sonyericsson P990i, dernier modèle qui vous a fait claquer l'équivalent de plusieurs milliers de yuans, tout ça pour rien.

Parce que le Sonyericsson P990i est une calamité sans nom, conçue par une équipe de techniciens et d'informaticiens alcooliques et dépressifs ayant perdu toute notion du besoin des consommateurs humains et même de leur morphologie. A croire que ces zouaves travaillent en vase clos quelque part dans une cave, loin de toute civilisation.

Passe encore que le Sonyericsson P990i tourne sur le moins intuitif et le plus lent programme de toute la création, le tout flanqué dans un boîtier d'une ergonomie à pleurer.

Non, le pire, c'est que le Sonyericsson P990i se plante lorsque vous téléphonez, la seule tâche qui devrait fonctionner lorsque l'on parle de téléphone, non ?

Vous venez donc de perdre plus de deux heures en déplacements inutiles. Retour au bureau pour utiliser un bon vieux téléphone à fil et vous excuser... Merci Sonyericsson. Vive l'iPhone.


 

Publié dans Boulot

Commenter cet article